Alerte canicule : les conseils de l’OPPBTP

Ces derniers temps, vous l’aurez remarqué, les fortes chaleurs se sont fait ressentir : 25 départements ont été placés en vigilance orange. Les artisans sont les plus exposés à ces conditions climatiques extrêmes. Quelles sont les recommandations de l’OPPBTP en la matière ?

Comme chaque année, le Plan National Canicule a été mis en place pour permettre aux salariés d’affronter ces fortes chaleurs, et des dispositions particulières sont prévues concernant le secteur du bâtiment.

 

Les employeurs du BTP doivent notamment fournir à leurs salariés au minimum trois litres d’eau « par jour et par travailleur ». Ils sont également tenus de « mettre à la disposition des travailleurs un local de repos » ou, à défaut, « aménager le chantier de manière à permettre l’organisation de pauses dans des conditions de sécurité équivalentes. »

 

L’OPPBTP précise qu’il est important de surveiller les bulletins météo quotidiennement : « La vigilance est impérative dès que la température dépasse les 30°C à l’ombre ». De même, lorsque les températures nocturnes sont supérieures à 25°C, le risque est accru car l’organisme a plus de mal à récupérer.

 

Par ailleurs, l’OPPBTP appelle à porter une attention particulière au coup de chaleur (qui correspond à une augmentation de la température du corps au-delà de 40,6°C). Les travailleurs doivent notamment surveiller tous les signes d’alerte : soif intense, fatigue importante, vertiges, nausées, vomissements… Il s’agit d’un risque à prendre très au sérieux puisque le coup de chaleur est mortel dans 15 à 25% des cas.

 

Artisans, voici les bonnes pratiques à suivre d’après les recommandations de l’OPPBTP :

  • Effectuer les tâches lourdes tôt le matin et adapter les horaires de travail aux conditions climatiques ;
  • Porter des vêtements légers, de couleur claire (attention : travailler torse nu est dangereux vis-à-vis des coups de soleil !) ;
  • Néanmoins, toujours maintenir le port du casque et des chaussures de sécurité ;
  • Organiser le rythme de travail de façon à réduire la cadence, augmenter le nombre et la durée des pauses, favoriser si possible la rotation des tâches ;
  • Boire au minimum l’équivalent d’un verre d’eau toutes les 15 à 20 minutes ;
  • Limiter au maximum les manutentions manuelles ;
  • Prévoir des aides à la manutention (abris, brumisateurs) ;
  • Éliminer au maximum toute source de chaleur additionnelle (comme le matériel électrique non utilisé) ;
  • La vigilance doit être renforcée pour les couvreurs : les interventions sur les toits démultiplient les risques de coup de chaleur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *